Menu

Forum Panafricain des acteurs non-étatiques de la pêche et de l'aquaculture

forum-panafricain-2014Le forum panafricain des acteurs non-étatiques de la pêche et de l’aquaculture a pour objectif de faire entendre leur voix dans le processus de réforme pour une meilleure gouvernance des secteurs halieutiques. Ces acteurs veulent des politiques plus participatives et transparentes qui vont accroître la croissance économique, la sécurité alimentaire et la durabilité des ressources halieutiques.

A l’initiative du REPAO (Réseau sur les Politiques de Pêche en Afrique de l’Ouest), l’ADEPA (Association pour le Développement de la Pêche Artisanale) tous les deux basés à Dakar et FISHNET AFRICA qui a son siège à Nairobi au Kenya, cet événement continental est un moment privilégié d’échanges de la société civile africaine, consciente de l’importance de la pêche et de l’aquaculture dans l’avenir du continent.
Les statistiques montrent que pour 30% de la population africaine soit environ 200 millions de personnes, le poisson reste la principale source de protéines animales.  Plus de 10 millions d'Africains, dont beaucoup sont de petits exploitants qui approvisionnent les marchés locaux et sous-régionaux en produits alimentaires, dépendent directement de la pêche comme moyen de subsistance, tandis que 5 à 10 fois plus de personnes sont engagées dans la pêche continentale comme activité secondaire mais essentielle en zones rurales. Les produits de la pêche représentent aussi le principal produit agricole d'exportation pour l'Afrique, constituant ainsi un levier important pour certaines économies nationales. Pourtant, selon certains observateurs, la situation augure de sombres perspectives tant que ne sont pas élaborés des politiques de pêche et d’aquaculture appropriées et un cadre qui soit soucieux des acteurs du secteur.
Lors de la première Conférence des Ministres africains chargés de la Pêche et de l'Aquaculture (CAMFA) organisée en septembre 2010 sous l’égide de l'Union africaine (UA) et du NEPAD, le conseiller en charge de la pêche au Département pour le Développement International (DFID) a révélé que l'Afrique perd entre 2 à 5 milliards de dollars chaque année en raison de la mauvaise gestion qui prévaut dans le secteur.
forum-panafricain-2014 2Le secteur de la pêche peine à attirer l’attention de nombreux donateurs et gouvernements nationaux. Ces sentiments font écho aux points saillants de la récente position du Partenariat pour les Pêcheries Africaines (PAF) qui souligne que « hormis quelques exceptions notables, la gouvernance de la pêche en Afrique s’est généralement révélée inefficace, ce qui a entraîné une surexploitation économique des pêcheries et souvent bien au-delà des limites biologiques durables. Les objectifs politiques sont souvent mal orientés et les choix politiques sensibles d’apparence ont souvent abouti à des conséquences inattendues».
Selon les experts de la pêche, le problème résulte de l’incapacité des acteurs du secteur à reconnaître la richesse que la ressource peut générer et qui adoptent, au contraire, certaines stratégies économiques de gribouille qui réduisent à néant cette création de richesses pour entrainer ensuite la surexploitation de la ressource. Dans ce contexte, affirment-ils, la seule solution est de mener une réforme radicale du secteur de la pêche, avec pour principal objectif la mise en place d’institutions efficaces qui permettraient de tirer parti de l'énorme richesse dont regorge cette ressource. Il est par conséquent nécessaire de mettre en place un cadre institutionnel qui permet de tirer parti de « la richesse de l'océan » et de la transformer en un surplus économique.
Le forum panafricain de la pêche et de l’aquaculture organisé les 26 et 27 juin 2014 à Dakar est marqué par une implication sans faille des acteurs non-étatiques de tout le continent (Maroc, Sénégal, Mauritanie, Guinée, Guinée-Bissau, Cap-Vert, Niger, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Nigeria, Cameroun, Bénin, Ghana, Kenya, Seychelles, Uganda, Tunisie et Afrique du Sud).

forum-panafricain-2014 3La cérémonie d’ouverture est présidé par le Secrétaire Général du ministre sénégalais de la pêche et des affaires maritimes, Monsieur Oumar NDIAYE représentant du Ministre empêché, et en présence du représentant de la Société Civile, Monsieur Papa Gora NDIAYE, Directeur Exécutif du Réseau sur les Politiques de pêche en Afrique de l’Ouest (REPAO) ; et du Représentant du NEPAD, Dr Slons Chamatiro, administrateurs sénior du programme PAF de l’agence du NEPAD.
Le thème central est « Apport des acteurs non-étatiques aux réformes politiques et à l’émergence d’une gouvernance éthique et durable de la pêche et de l’aquaculture en Afrique».
Ce forum a permis de :
-    Faire un état des lieux des initiatives de réforme de la gouvernance de la pêche au niveau continental (Union Africaine/NEPAD), et au niveau international (Directives volontaire de la pêche artisanale de la FAO),

-    Formuler des recommandations pour initier et accélérer des réformes en matière de gouvernance des pêches et de l’aquaculture en Afrique à tous les niveaux,

-    Etablir de nouvelles lignes directrices pour assurer la promotion de politiques cohérentes, participatives et durables dans le secteur des pêches et de l’aquaculture en Afrique et au niveau régional,

-    Elaborer et rendre publics des points d’action visant l’engagement avec la CUA, l’Agence du NEPAD, la CAMFA et l’UA-BIRA afin d’asseoir un programme africain de promotion de la pêche durable notamment à travers la création d’une plateforme commune des acteurs de la Société Civile pour leur permettre de mener des actions communes et de suivre ensemble la mise en œuvre des réformes à l’échelle de l’Afrique.

forum-panafricain-2014 4

 

1.    Documents du Forum : Agenda et Termes de Référencepdf button
2.    Présentations :
-    cadre Politique et stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture en Afrique et de l’initiative du GEF/Banque Mondiale par Sloans Chamatiropdf button
-    Valeur de la pêche en Afrique par Sloans Chamatiropdf button
-    Directives volontaires de la FAO et cadre stratégique de réforme de la pêche et de l’aquaculture de l’Union Africaine : Quelles synergies pour une pêche artisanale durable ? Par Moustapha Kébépdf button
-    Position de la Société Civile à la 2e CAMFA à Addis-Abeba par Okelo Namadoa
-  Comment assurer dans le mécanisme de réforme une cohérence des politiques et une gouvernance participative des secteurs halieutiques ? Par Papa Gora Ndiaye
-    Commerce intra-régional de produits halieutiques en Afrique : Opportunités, contraintes et perspectives par Charles Bakundakwita
-    Eco labellisation des produits transformés en Afrique : Opportunités, contraintes et perspectives par Okelo Namadoa
3.    Résultats du Forum de Dakar :
-    Déclaration de Dakar
-    Création d’une Alliance panafricaine des acteurs non étatiques de la pêche et de l’aquaculture : Document d’orientation
-    Plan d’actions de l’Alliance
-    La Charte de l’Alliance