Menu
  • Affichages : 1347

Niamey 11-13 Novembre 2013

Atelier pour le renforcement des capacités des femmes productrices et commerçantes sur le commerce intra-régional de produits halieutiques

Analyse chaîne de la valeur et approche genre dans la commercialisation des produits halieutiques en Afrique :

Outils et méthodes pour renforcer le rôle des femmes.

Contexte  Sécurité alimentaire au niveau régionale

Poisson et autres produits de la pêche (crabe, crevette,alges,…) sont un commodité régionale;  pour garantir la contribution du secteur à la sécurité alimentaire, des actions régionales et multi sectoriel sont nécessaires

Plus de 40% du poisson – entre capture et consommation- traverse des frontières internationales

La demande et l’offre de poisson au niveau de la région est déficitaire et le déficit deviens plus important ; besoin additionnel en 2015 sera de 1.6m tonnes/an (4.2m en 2030)

Dans les statistiques les acteurs de la chaîne de valeur ne sont pas très visible et reçoivent moins d’appui que les acteurs dans la capture : Collecteurs et commerçants et ceux ayant des activités assimilés sur les sites de débarcadères et marchés sont important dans le processus de contribution à la sécurité alimentaire et ils sont aussi très vulnérable

Plus de 80% des acteurs de la transformation et la commercialisation des produits de pêche artisanale sont des femmes

Compétition pour le poisson et les autres produits de la pêche , compétition pour les services et les risques du travaille sur les débarcadères rendent les femmes transformatrices et les commerçant(e)s mobiles vulnérables.

Vulnérabilité agrandit avec (i) augmentation de la compétition, (ii) réduite capital sociale et(iii) réduite capacité de négociation

Contexte (2): inéquité genre et potentiels non valorisé

• Les statistiques de la pêche ont peu d’information sur les activités post capture.

• La non-visibilité dans les statistiques résulte dans la non valorisation de la contribution des femmes au GDP, et à la sécurité alimentaire.
• La disponibilité des statistiques désagrégées pourra permettre aux spécialistes d’entreprendre une analyse genre, d’identifier les inéquités genre et envoyer les informations pertinentes aux décideurs, planificateurs et agent de programme:
– Pour une prise en compte par les décideurs, planificateurs et agent de programme des inéquités et enjeux genre doivent être facile à comprendre et traduit en actions requises.
– L’information doit permettre de comprendre les implications des écarts genre, la structuration socio économique, les relations de pouvoir entres les acteurs du secteur pour la croissance du secteur, l’emploie, la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire.
• Peu de Direction des pêches dispose des analyses chaînes de valeur sensible au genre

 

 

  • Affichages : 1345

Pêche et changements climatiques : Le SENEGAL à la recherche de solutions d’adaptation

A l’instar des autres pays d’Afrique de l’Ouest, le Sénégal s’est engagé dans un processus de recherche – action qui réunit différents acteurs autour de la définition de stratégies d’adaptation aux  changements climatiques sur la pêche.

Appuyer la mise en place de politiques de pêche cohérentes et concertées prenant en compte les changements climatiques. C’est l’ambition du Réseau sur les politiques de pêche en Afrique de l’Ouest (Repao).

Il a été mis en œuvre un programme de recherche – action sur l’adaptation aux changement climatiques de la pêche en Afrique de l’Ouest (Appeccao) afin de contribuer à l’amélioration des pratiques et des politiques de pêche susceptibles d’augmenter les capacités d’adaptation du secteur  aux changements climatiques. Le programme s’articule autour d’une démarche participative qui a conduit à la création, dans chaque pays, d’un comité national de concertation sur l’adaptation des pêches aux changements climatiques (Cncp/cc ) pour constituer un cadre de concertation et de dialogue entre les acteurs de « la pêche et les changements climatiques dans chaque pays ».

Le Cncp/cc du Sénégal a tenu mercredi sa deuxième réunion de validation des travaux de recherche  effectués, portant notamment sur l’analyse des pratiques  et politiques de pêche en relation avec les changements climatiques, et sur l’étude des scénarii d’évolution de la pêche en tenant compte des changements climatiques. Ces études doivent être validées par le comité national qui est composé de divers acteurs (étatiques, non étatiques) qui se réunissent justement pour porter un regard critique sur les études réalisées  dans le cadre du programme.